Il y a des couleurs et des nanas (ou comment je commence à créer)


Elle me regarde, portée dans le vide par ses ailes d’or, quelques rayons de lumière effleurent sa peau bleue. La Nana « Ange protecteur » de Niki de St Phalle m’accueille à la gare de Zurich, habillée de ses couleurs vibrantes et gaies. J’apprécie ce signe joyeux à chaque visite que je fais ici de mon amie d’enfance.


De la joie, n’en aurait-t-ton pas grand besoin aujourd’hui ? Entre dérèglement climatique, crise sanitaire et fin du monde, difficile parfois de rester optimiste et d’aller de l’avant. L’optimisme a pour moi la couleur d’une nana de Niki. Forte, vive, vibrante, ondoyante, généreuse et surtout joyeuse. C’est avec cette couleur que j’ai envie de créer.


D’ailleurs tout commence par là en général. Des couleurs que j’ai envie d’associer, pour imaginer des vêtements pleins de joie de vivre dans un monde plus équilibré et plus beau. C’est un bleu lapis, un rose indien, un rouge fraise, un vert émeraude ou un jaune jonquille que j’aime associer à un bleu de glace, un rose pivoine frais ou un vert tendre.


Une gamme de couleurs qui se marient et s’entrechoquent pour former une composition et une histoire. Elles sont inspirées des artistes que j’ai découverts au fil des années et qui m’ont marquée, de mon jardin d’enfance, d’un décor de spectacle ou du quotidien. Ces couleurs elles ne plairont pas à tout le monde, j’en suis consciente, elles sont des partis pris, une façon dont mes yeux voient la vie. Et je préfère la voir en Sonia Delaunay et Lalaland qu’en Pierre Soulages et Terminator.


D’ailleurs mes couleurs tranchent avec la tendance minimaliste qui accompagne la mode responsable. Noir, marine, kaki, beige, bleu jean, blancs : des « intemporels », des « basiques » qui ne changent pas au fil des modes et qu’on garderait longtemps. Je pense que les couleurs qu’on garde longtemps ne sont pas les mêmes pour tout le monde. C’est aussi ce que j’aime dans le fait de coudre mes propres vêtements. Choisir ma propre palette de couleurs, celle qui me correspond le mieux, dans les tissus, les détails de chaque vêtement. Je pense qu’on devrait en avoir un peu moins, mais qui nous vont vraiment bien. Et dans mon cas porter des couleurs neutres ne suffit pas, j’aime apporter une touche de couleur joyeuse qui ne ressemble qu’à moi.


C’est cette touche de couleur que je veux apporter dans mes créations. J’imagine des femmes gaies, libérées et fières, ondoyantes comme les Nanas ; j’agite mes pinceaux et mes ciseaux, en espérant qu’elles y trouvent un peu de leur palette.

80 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout